Salut, je suis Johanna.
Coach & thérapeute : artiste.

Mon art est thérapeutique,
ma toile est l'expérience humaine,
mon émerveillement, la psyché et le cœur, toute la création.

Mon histoire

Mon chemin de vie est celui d’une quête. Quête de beauté et de sens, quête de la vraie joie, quête de Dieu. Dieu que je connaissais en moi, je L’ai, jeune, cherché dans un monastère pour ensuite réaliser que mon appel était autre. Celui de l’union sacrée à un homme, celui de la maternité, celui d’une profonde reconnexion de toutes les parties de moi, cœur et esprit, corps et âme dans la pleine expérience de ma féminité et dans une liberté souveraine qui échappe aux confinements institutionnels.

Et ainsi que je suis devenue maman. Quelques jours après la naissance de notre fille, j’ai tenté de reprendre le cours de ma vie, un bébé en écharpe, comme si rien n’avait changé… Mais tout avait changé et je n’avais pas les mots pour décrire ce que je n’arrivais pas ressentir et ce qui m’envahissait. La solitude, la fatigue, le deuil… mais le deuil de quoi ? Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait et me demandais sans cesse ce qui clochait chez moi. Étais-je folle et insensible ?

À qui confier cette épreuve intérieure que je percevais comme socialement inacceptable ? À cette époque, je n’ai pas trouvé vers qui me tourner.

Notre deuxième enfant est né et le décalage abyssal entre les circonstances de la naissance industrialisée, à l’hôpital – infantilisation, mépris, sabotages – et le mystère, le sacré, la beauté de la naissance m’a enfin frappée.

Je suis alors partie en quête de réponses pour comprendre ce qui m’était arrivé et ai rencontré des femmes qui avaient choisi de vivre autrement. Heureuses, libres et souveraines.

J’ai ainsi plongé dans le monde merveilleux de la féminité, de notre physiologie : cycle, enfantement, soins du postpartum, allaitement, dyade maman-bébé… je me suis passionnée pour les arts thérapeutiques et en particulier l’hypnose, le breathwork et les neurosciences, m’émerveillant de l’extraordinaire capacité de guérison et de (re)création que nous possédons. Nos corps sont pleins de sagesse et nos esprits puissants !

Comme si le voile s’était levé, tout avait changé. J’ai enfanté librement de mon troisième enfant. Sans interférences et sans sabotages. Dan la chaleur et l’intimité, dans la dignité. Libre et souveraine. 

J’ai enfin compris ce que je ne pouvais exprimer, ce que j’avais laissé d’autres me voler dans mon ignorance et la leur. L’immensité et la profondeur, la sacralité et la beauté, l’extraordinaire ordinaire de la naissance. La transcendance. Le pur amour et la joie transperçante. Reflet du mystère de toute notre vie

J’ai réalisé, comme jamais auparavant que toute notre vie est appelée à être liturgique, à être cérémonie. L’enfantement me l’a enseigné comme aucune autre expérience.

Je crois que notre joie est la plus grande résistance à toutes les forces de ténèbres qui œuvrent dans le monde et qui, parfois, nous accablent. Elle est la véritable révolution. Pas une joie superficielle et de déni mais une joie ancrée profondément dans la certitude que la lumière luit dans les ténèbres qui n’ont pas de prise sur elle.

Lorsque les femmes reconnaitront leur puissance créatrice et incarneront leur dignité, leur souveraineté, lorsque chacune se reconnectera à son intuition, à sa joie intérieure, le monde sera autre. C’est ce monde que je cocrée par mon travail, par toute ma vie.

J’ai la chance et l’honneur d’avoir été formée, transformée, informée – et de l’être encore – par le travail de Rachelle Seliga Garcia, Donna Maria Camps, Yolande Norris-Clark, Emilee Saldaya, Freddy et Anthony Jacquin, Liliana Lammers, Michel Odent, Kaya Leigh, Jeffrey Stephens par l’intermédiare de Nancy Burello, Ken Guzzo, Jørgen Rasmussen, Bob Burns, Amy Wright Glenn, Alexandra HeathPam England, Christophe Bernard, Fabrice Gava… 

Merci à eux et à tous ceux qui, par leur sagesse, leur travail, leur transmission, participent à l’émergence d’une nouvelle culture qui honore la VIE, toute création.